Chirurgie vasculaire

Varices

Les varices (varicosités) font partie des affections chirurgicales les plus fréquentes. Elles s’observent chez 50 à 55% des femmes et chez 40 à 50% des hommes. Il s’agit d’une dilatation des veines superficielles accompagnée d’une sinuosité croissante des vaisseaux.

Causes
On distingue en principe deux mécanismes différents pouvant entraîner une dilatation veineuse. La varicose primaire correspond à des modifications de la paroi veineuse et des valves veineuses. Les valves veineuses ont pour mission d’assurer le retour du sang des jambes vers le cœur, sutout aussi en position debout. Si les valves ne parviennent plus à se fermer de manière hermétique, un engorgement peut s’en suivre, surtout en station debout ou en cas de forte pression, et d’autres segments veineux peuvent alors être touchés. La varicose dite secondaire est une réaction à des troubles de l’écoulement, par ex. des thromboses (caillots sanguins). Le sang est transporté par les veines superficielles au-delà de l’obstacle via des circuits de dérivation. Selon le type et la localisation des veines concernées on parle de varices du tronc ou des branches latérales. Les veines dites perforantes qui relient les systèmes de veines superficielles et profondes peuvent aussi être affectées. On parle alors de varices «internes».

Valeur de maladie
Les varices occasionnent des troubles d’ampleur variable pouvant aller de la gêne purement esthétique au gonflement des jambes, aux démangeaisons, à un sentiment de tension et à des douleurs, jusqu’à une atteinte de la peau s’accompagnant de plaies difficiles à guérir. Cette forme prononcée communément connue sous le nom de «jambe ouverte» s’observe chez près d’un pour cent des patients affectés.

Diagnostic
Avant d’établir une planification du traitement, il convient d’exclure la présence d’un trouble circulatoire artériel. L’étendue de l’atteinte variqueuse peut être déterminée à l’aide d’une échographie et les points principaux marqués afin de définir le traitement individuel adapté.

Traitement
Le traitement chirurgical classique consiste à retirer les segments veineux touchés. En cas de varices des branches latérales, l’ablation des segments veineux se fait au moyen d’incisions d’environ deux millimètres de long, tandis que les varices du tronc peuvent nécessiter des incisions à l’aine ou au pli du genou. Les veines principales sont ensuite retirées à l’aide d’un instrument en forme de fil («stripper») par l’intermédiaire d’une autre petite incision. Lors de l’opération, seules des veines superficielles sont détruites, de manière à assurer le maintien du retour sanguin. Des techniques permettant de scléroser de l’intérieur ces longues veines troncs par diverses méthodes sont de plus en plus proposées et offrent des résultats similaires à long terme au traitement chirurgical usuel (ablations au laser endoveineux, sclérothérapie à la mousse). Nous travaillons en étroite collaboration avec nos confrères de la clinique universitaire d’angiologie. Ces derniers proposent aussi, selon le type et la localisation des varices, de les scléroser sous contrôle échographique par injection dans les veines (sclérothérapie à la mousse). Dans tous les cas, la collaboration entre les deux disciplines garantit un traitement adapté aux symptômes et à l'étendue des varices.

Effets indésirables
Les complications sévères suite à une classique opération des varices sont rares et se limitent en principe à des ecchymoses et à de légers troubles de la sensibilité généralement transitoires.

Traitement ultérieur
La véritable pierre angulaire du traitement est la poursuite d’une thérapie de compression avec des bas spéciaux, en règle générale durant quatre semaines après l’opération. En cas d’atteinte chronique prononcée de la peau, un traitement durable est aussi recommandé.