Chirurgie vasculaire

Pied diabétique

Le pied diabétique est une complication du diabète sucré caractérisée par des plaies chroniques, cicatrisant difficilement. L’association de troubles circulatoires des petits vaisseaux, d’absence de perception de la douleur (polyneuropathie) et de destruction de l’architecture articulaire du pied favorisent la survenue de telles plaies. En gros, 60% des personnes diabétiques présentent des troubles circulatoires avec rétrécissement des grosses artères (macroangiopathie), touchant le plus souvent les vaisseaux de la partie inférieure de la jambe. Souvent, des modifications vasculaires significatives des petits et des tout petits vaisseaux (microangiopathie) s’observent.

Le mauvais équilibre musculaire, dû à un trouble de la sensibilité (polyneuropathie diabétique), entraîne une charge incorrecte, qui résulte en des modifications du squelette du pied. Des points de pression chroniques se forment ensuite et des plaies cutanées apparaissent. Des blessures même mineures, à peine remarquées par le patient, peuvent entraîner des plaies ne cicatrisant pas. Jusqu’à 25% de tous les diabétiques souffrent, au fil des années, d’un ulcère (ulcus) du pied qui est souvent sec et entouré d’une épaisse paroi cornée. Dans 50% de ces cas, une infection peut survenir. Dans ce cas de figure, le risque d’amputation s’accroit jusqu’à 20 pour cent.

Investigation et traitement
Parallèlement aux mesures locales, il s’avère essentiel d’équilibrer la glycémie de manière optimale. Pour évaluer les investigations et traitements complémentaires, la circulation sanguine des jambes est étudiée sur le plan clinique et à l’aide d’appareils et la sensibilité est mesurée au moyen du test du monofilament. En présence de signes de vaisseaux rétrécis ou même obstrués, une imagerie médicale est requise. Il est possible de visualiser les vaisseaux avec l’angio-tomodensitométrie et la tomographie par résonance magnétique. Il est également possible d’effectuer une représentation sélective des vaisseaux des jambes par angiographie avec agent de contraste. Parfois, les vaisseaux peuvent être rouverts en utilisant la technologie du cathéter (dilatation par ballonnet) au cours de la même consultation. En cas d’altérations vasculaires complexes, une opération de pontage vasculaire s’avère parfois nécessaire. Ce n’est qu’avec la meilleure circulation sanguine possible et après un nettoyage chirurgical de la plaie que les ulcérations diabétiques peuvent guérir. Si la présence d’une macroangiopathie peut être exclue et qu’il n’y a pas d’infection, il est judicieux d’apporter un soulagement conséquent de la pression au moyen de chaussures orthopédiques. Occasionnellement, des interventions chirurgicales sont nécessaires pour pallier les problèmes structurels de la statique du pied. En cas d’infections sévères et étendues du pied ou en présence de tissus morts (nécrosés), des amputations (partielles) sont souvent inévitables. Dans ce cas, souvent seuls les tissus infectés et nécrosés sont retirés dans un premier temps, on parle alors d’amputation des zones frontières. Ainsi, l’infection peut être maîtrisée par l'administration concomitante d’antibiotiques. Si nécessaire et si possible, il convient dans un second temps d’améliorer la circulation sanguine par voie chirurgicale ou au moyen d’une procédure endovasculaire (dilatation par ballonnet). Le traitement des plaies par pression négative permet d’accélérer la cicatrisation.

Consultation spéciale
Le traitement des patients présentant un pied diabétique nécessite l’étroite collaboration de spécialistes comme les orthopédistes, les podologues, les endocrinologues, les experts en radiologie interventionnelle vasculaire et les chirurgiens vasculaires. En plus des consultations régulières des plaies, la polyclinique de chirurgie angiologique et vasculaire de l’Inselspital propose des consultations interdisciplinaires pour les patients souffrant de plaies diabétiques.