Chirurgie cardiaque

Chirurgie des valves cardiaques

Les valves cardiaques sont des poches ou voiles de tissu, qui servent de valve d’entrée et de sortie pour les ventricules droit et gauche du cœur. La dysfonction des valves cardiaques réside soit dans une coalescence, un épaississement ou une calcification conduisant à un rétrécissement, soit dans un élargissement ou une déchirure des valves empêchant la fermeture complète des valves. Aussi bien les valves rétrécies que les valves perméables conduisent à une sollicitation excessive du myocarde et peuvent finalement aboutir à une insuffisance cardiaque. Si vous souffrez d’une valve cardiaque malade, vous pouvez influencer l’évolution de la maladie en protégeant cette valve. Les visites régulières chez votre cardiologue, la prise disciplinée des médicaments appropriés, la prévention des infections (prophylaxie de l’endocardite, bonne hygiène buccale) et la prise de la décision, en temps opportun, de procéder à une opération valvulaire sont des aspects déterminants.

Remplacement par une valve prothétique
Si la valve atteinte ne peut pas être conservée, elle est remplacée par une valve prothétique. La valve atteinte est retirée et une nouvelle valve prothétique est implantée. Nous distinguons les valves prothétiques «mécaniques» et «biologiques». Pour ce qui est des valves mécaniques, des valves à double ailette sont utilisées. L’avantage de ces valves est qu’elles possèdent une durée de vie pratiquement illimitée. Toutefois, une anticoagulation doit être prise à vie afin d’éviter la formation de caillots. Les valves prothétiques biologiques sont très similaires aux valves cardiaques humaines, mais les poches de tissu sont composées de tissu animal. Contrairement aux valves mécaniques, elles ne nécessitent pas de prendre une anticoagulation à long terme, mais en contrepartie, la durée de vie de ces valves est plus courte. En règle générale, elle est de 10 à 20 ans. La chirurgie des valves cardiaques moderne se distingue avec deux nouvelles procédures:

  • la chirurgie conservatrice des valves
  • la chirurgie mini-invasive des valves

Chirurgie conservatrice des valves
Les valves cardiaques malades sont reconstruites, c’est-à-dire «réparées», ou entièrement remplacées par le chirurgien. La valve mitrale est la valve cardiaque qui peut être la mieux reconstruite. Dans certains cas, la valve tricuspide et la valve aortique peuvent également être réparées au moyen de techniques spéciales. Au cours des dernières années, cette procédure a connu une évolution très rapide. Au moyen des nouveaux tests diagnostiques et en fonction de votre âge, de la structure de votre cœur et de votre style de vie, vous pouvez, en concertation avec nos cardiologues, déterminer quelle est la technique opératoire la plus appropriée pour vous. Dans le cas de la reconstruction, votre propre valve est reconstruite au moyen de techniques chirurgicales modernes et dans certains cas, sans matériaux artificiels. Les avantages de la chirurgie reconstructrice des valves cardiaques sont:

  • plus faible risque d’infection;
  • pas d’anticoagulation à vie;
  • maintien de la force musculaire cardiaque.

Chirurgie mini-invasive
Dans le cadre de la chirurgie valvulaire traditionnelle, le chirurgien sectionne entièrement le sternum afin d’avoir un accès direct à toutes les structures cardiaques. De nos jours, cette procédure est uniquement encore utilisée pour les chirurgies combinées (par ex. opération de plus d’une valve ou pontages supplémentaires, etc.). Dans le cadre de la chirurgie valvulaire mini-invasive, l’accès se fait via de plus petites incisions cutanées, et dans certains cas, une machine cœur-poumon n’est même pas nécessaire. A l’Inselspital, votre chirurgien déterminera si vous êtes éligible à une chirurgie valvulaire mini-invasive sur la base de vos tests diagnostiques.